31.12.1916: Sur les traces de Jean Chaput | Tracking Jean Chaput | Auf den Spuren von Jean Chaput

La vie de Jean durant l’hiver 1916 est peu connue. Comme l’indique l’article médical publié par son père, il est encore en convalescence en décembre et retrouve l’usage de sa jambe : il ne marche qu’avec une seule béquille, et il fait même du patin en janvier.

Cette photographie où l’on voit Jean avec sa béquille devant un Nieuport est l’une des rares sources disponibles. D’après la note de Jean (« Chez Nieuport »), il semblerait que Jean se soit rendu dans les usines Nieuport basées à Issy les Moulineaux, afin sans doute de collaborer avec les ingénieurs.

Par ailleurs, il apparaît que, entre le mois de février et le mois de mars, la maison des Chaput en Bourgogne a été vendue. Jean semble en outre avoir déménagé dans un nouvel appartement parisien, rue Lauriston, dont voici une photographie du salon. Il faut remarquer les motifs des rideaux, où est notamment représenté un avion allemand abattu et en flamme.

Very little is known about Jean Chaput’s life during Winter 1916. As stated by the medical article published by his father, he was still recovering in December and could use his leg: he only walked with one crutch, and he even went ice-skating in January.

This picture of Chaput with his crutch in front of a Nieuport is among the rare available sources. According to Jean’s note (“At Nieuport’s”), it would seem Chaput went to the Nieuport factories based in Issy-les-Moulineaux, most likely to collaborate with the engineers.

It also seems that, between February and March, Chaput’s house in Bourgogne has been sold. Moreover Chaput seems to have moved in a new apartment in Paris, rue Lauriston; here is a picture of the living room. One must notice the curtains pattern, where is especially represented a German plan shot down in flames.

 

Nieuport – A plane designer and entrepreneur, who gave his name to several plane models.

Issy-les-Moulineaux – Town in the southern suburb of Paris. Plane factories where moved there after 1914.

Über das Leben von Jean im Winter 1916 ist wenig bekannt. Dem medizinischen Aufsatz seines Vaters ist zu entnehmen, dass er sich im Dezember noch in der Genesungsphase befindet und allmählich sein Bein wieder benutzen kann: Er läuft nur noch mit einer Krücke und fährt im Januar sogar Schlittschuh.

Dieses Foto, das Jean mit seiner Krücke vor einer Nieuport zeigt, ist eine der wenigen verfügbaren Quellen. Einer Notiz von Jean („Bei Nieuport“) zufolge, scheint Jean die Produktionsstätten von Nieuport in Issy les Moulineaux besucht zu haben, wahrscheinlich um mit den Ingenieuren zusammenzuarbeiten.

Im Übrigen wurde das Haus der Chaput im Burgund offenbar im Februar/März verkauft. Jean scheint außerdem in Paris in eine Wohnung in der Rue Lauristan umgezogen zu sein, deren Wohnzimmer auf diesem Foto zu sehen ist. Bemerkenswert sind die Motive auf den Gardinen: ein abgeschossenes deutsches Flugzeug in Flammen.

Jean Chaput

Jean Chaput

Jean Chaput naît à Paris le 17 septembre 1893 ; son père, Henri, est un éminent chirurgien de l’hôpital Lariboisière. De 1905 à 1907, il reçoit une éducation sportive de haut niveau en Angleterre.
Encore étudiant à la mobilisation, il entre au service actif le 17 août. Intégré dans l’aviation, il reçoit son brevet militaire à Avord, le 21 novembre sur Voisin.
Arrivé au front à l’escadrille C 28 le 17 février 1915, il est rapidement promu caporal puis sergent. Il est nommé sous-lieutenant le 25 mars 1916 puis lieutenant le 1er avril 1918, et, dix jours après, il reçoit le commandement de l’escadrille S 57.
Blessé lors de combats aériens à plusieurs reprises, il est mortellement atteint le 6 mai 1918, près de Welles-Pérennes, dans l’Oise.

More Information|Mehr Informationen|plus d'informations
Jean Chaput